Fiscalité minière

Histoire de l'industrie minière

Pierres gemmes

Pierre architecturale

Minéraux industriels

Métaux rares ou de haute technologie


Statistiques minières

SIGÉOM

GESTIM

Répertoire des établissements miniers du Québec

Sites géologiques exceptionnels





Potentiel géologique du graphite


Plusieurs gisements de graphite ont été identifiés au Québec dans la Province de Grenville. Les gisements du lac des Îles et du lac Knife sont les deux plus importants dépôts de graphite connus au Québec.

Le gisement du lac des Îles, ou mine Stratmin, est situé à 20 km au sud de Mont-Laurier. Les unités de roche font partie de la Ceinture centrale des métasédiments du sud-ouest de la Province de Grenville. La roche hôte du gisement est un gneiss grenatifère à biotite. La minéralisation de graphite est associée à des bandes de marbres dolomitiques, de marbres calcitiques, de quartzites et de roches calcosilicatées. Ces bandes sont dans l’ensemble légèrement plissées en forme de dômes allongés. L’axe des plis montre une orientation NNO. Les ressources géologiques du gisement sont actuellement estimées à 25 millions de tonnes, avec des réserves inférées de 5,2 millions de tonnes à 7,42 % de carbone graphitique.

Le gisement du lac Knife, se trouve à 27 km au SSO de Fermont. Les roches hôtes du gisement font partie du Groupe de Gagnon, d’âge protérozoïque inférieur. Ces unités de roches constituent les équivalents métamorphiques des schistes graphiteux de la Formation de Menihek, d’âge protérozoïque inférieur. Cette formation appartient au Supergroupe de Caniapiscau (Fosse du Labrador). Les zones graphiteuses sont encaissées dans un gneiss quartzofeldspathique à biotite migmatisé. Elles consistent en fines paillettes disséminées de graphite. Le gneiss, localement cisaillé, silicifié et bréchique, renferme en moyenne 5 à 10 % de graphite et de sulfures. Les secteurs qui renferment plus de 20 % de graphite ont un aspect bréchique. Quelques amas et veines silicifiés avec fuchsite sont associés aux zones de minerai. Les forages effectués par Mazarin inc., entre 1988 et 1990, ont permis de délimiter trois principales zones minéralisées, d’une longueur totale de plus de 500 m, avec une profondeur verticale de 125 m. Les réserves inférées et prouvées du gisement sont évaluées à 8,5 millions de tonnes métriques à 16,7 % de carbone graphitique. Les réserves prouvées sont de 3,52 millions de tonnes à 17,45 % de carbone graphitique.

Source : Serge Perreault

Outre la Province de Grenville, le secteur au sud-ouest du réservoir Manicouagan offre également un énorme potentiel pour les minéralisations de graphite. De plus, l’ouverture de nouvelles routes et de nouveaux chemins forestiers dans cette région offre des possibilités pour la découverte d’indices importants de graphite dans le secteur. S’il s’avère que le gîte de graphite du lac Guéret, découvert en 2001, renferme des teneurs et des tonnages économiques, l’exploitation serait facilitée par la présence d’infrastructures routières importantes (route 389) et d’installations hydroélectriques majeures près du gîte. En effet, celui-ci est localisé à environ 50 km à l’ouest du barrage hydroélectrique Daniel-Johnson (Manic 5) et à moins de 300 km de Baie-Comeau, qui offre un port en eau profonde ouvert presque toute l’année.

Références

DOUTHITT, C. B., 1982, Precambrian coal or anthraxolite : a source for graphite in high-grade schists and gneisses, A discussion, Econ. Geol., volume 77, pages 1274-1249.

HARBEN, P. W.,  M. KUZAVART, 1996, Industrial Minerals: A global Geology. Industrials Information Ltd. Metal Bulletin, PLC London, 462 pages.

JACOB, H. L., D. COTNOIR,  J. DÉPATIE, D. GOFFAUX, D. DANIS, M. BERGERON, 1991, Les minéraux industriels du Québec - Congrès annuel de l’Association professionnelle des géologues et géophysiciens du Québec, 206 pages.

MANCUSO, J. J., R.  E. SEAVOY , 1982, Precambrian coal or anthraxolite: a source for graphite in high-grade schists and gneisses, A reply , Econ. Geol., volume 77, pages 951-954.

SIMANDL, J. G., 1992, Gîtes de graphite de la région de la Gatineau, Québec, Thèse de doctorat, Université de Montréal, 383 pages.

WEIS, P. L., I. FRIEDMAN, J.-P. GLEASON, 1981, The origin of epigenetic graphite : evidence from isotopes, Geochimica et Cosmochimica Acta, volume 45, pages 2325-2332.

ANONYME, 2002, Mineral Spotlight: Graphite, Industrial Minerals, no 417, page 23.




Retour à la page précédente